Carole Bordes - Compagnie Émoi - Danse / Dance / Tanz / Dansa
Carole Bordes

Carole Bordes est fascinée par l’être humain dans l’interaction qu’il a avec les autres et avec lui-même. Dans son processus de création elle le regarde et l’explore de différents endroits et met en scène l’autre et le soi comme pour comprendre le monde. Son travail se nourrit autant de sociologie que de poésie, il s’appuie sur la philosophie, celle de Gilles Deleuze, de Bachelard, de Nietzsche, les textes de grands romanciers, le cinéma.

D’abord formée à la technique Mattox, elle travaille très tôt en tant qu’interprète pour Serge Keuten, Géraldine Armstrong, Karine Saporta, à une création et trois reprises de rôles. Elle s’épanouit dans le travail de Laura Scozzi elle foule les scènes d’opéras de France et d’Europe. Elle participe dernièrement aux créations de Nans Martin, Vania Vaneau, Amélie Poirier.

En parallèle de son travail d’interprète, elle monte sa compagnie en 2008, un endroit d’expérimentations et de recherches avec d’autres artistes. Elle participe à Prototype 3 de Royaumont dirigé par Hervé Robbe sur le sujet de la Citation comme paradigme à la construction chorégraphique. Elle continue à façonner ses aspirations de chorégraphe et travaille avec le regard extérieur de Jean Gaudin, qui accompagne la création R pour Résistance.

Riche de ce parcours, ses recherches chorégraphiques la mènent à façonner son propre langage : une danse qui part du centre et progresse dans un mouvement spiralé et articulaire, ancrée dans le sol et reliée au ciel par une colonne vertébrale libre et respiratoire. Une gestuelle chargée et sensible pour donner à ressentir autant la puissance que la poésie.

Dans ses pièces elle ne s’arrête pas à la forme et recherche une danse-matière guidée par le propos et capable de le transcender. Par des protocoles allant du questionnaire en intimité aux mises en situations dans l’espace public, d’expériences de groupes avec des amateurs aux tête-à-tête avec ses danseurs, elle cherche le dépassement par le mouvement.

Son travail se situe à la croisée d’une construction et déconstruction de la forme pour arriver à une danse significative et respectueuse de l’individualité qu’est le danseur.